Université Gaston Berger – les recommandations du SUDES/ESR pour “sauver” l’année universitaire

0 128


Le Bureau du Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES/ESR) s’est rendu les 05 et 06 juin 2018 à l’UGB pour faire un diagnostic et un état des lieux de l’université suite aux événements regrettables du 15 Mai 2018 qui ont conduit à la mort tragique de l’étudiant Fallou Sène de l’UGB.

Le bureau national a pu, lors de sa visite s’entretenir avec le nouveau Recteur de l’UGB, le Pr Ousmane Thiaré, des collègues enseignants-chercheurs, l’Agent Comptable Particulier de l’UGB et des représentants syndicaux des Personnels Administratifs, Techniques et de Service.

Cette visite a permis de constater l’état des dégradations des différents blocs administratifs, mais aussi la reprise progressive du travail. A l’issue de ces rencontres les membres du bureau national ont tenu une réunion d’évaluation avec les camarades de Saint Louis.

Au cours de cette réunion, il a été réitéré l’engagement du SUDES/ESR à participer à l’effort de résolution du conflit et des perspectives de solution ont été dégagées avec les différents interlocuteurs.

Le SUDES/ESR a salué l’initiative « UGB debout » qui a significativement contribué à la reprise des activités et au nettoyage de l’Université. il a demande instamment au gouvernement de mettre en place une commission d’enquête indépendante afin de faire toute la lumière sur l’enchaînement des événements qui a abouti à cette tragédie.

Les syndicalistes ont engagé le gouvernement à accorder une aide exceptionnelle à l’Université Gaston Berger afin qu’elle puisse très rapidement réhabiliter les bâtiments incendiés et remplacer le matériel perdu et dégradé.

Au delà de ces aspects conjoncturels, le Sudes/ESR exige du gouvernement qu’il procède à des réformes structurelles pour restaurer un climat de confiance et de stabilité favorable au bon déroulement des enseignements.

Par ailleurs, le Sudes/ESR a demandé aux étudiants d’envisager « d’autres méthodes de lutte que la désertion des amphithéâtres » afin que les enseignements puissent reprendre et que l’Université accomplisse sa mission qui est celle de « former la jeunesse de notre pays ».

Enfin, ils ont demandé aux « collègues enseignants-chercheurs de l’Université Gaston Berger de consentir à fournir un effort exceptionnel et à travailler avec les autorités rectorales pour établir un calendrier pluriannuel permettant de mettre fin au décalage récurrent du calendrier universitaire ».



Laisser un commentaire