Supposée grâce de Mamadou Woury Diallo : « le plus gros scandale de la justice sénégalaise »

0 44

Amadou Woury Diallo et son coaccusé Bara Sylla, reconnus coupables pour trafic de faux médicaments, ont été condamnés, le 4 décembre 2018, respectivement à 5 et 7 ans de prison ferme. En sus de 200 millions de francs CFA qu’ils devaient payer, chacun, à titre de dommages et intérêts, à l’Ordre national des pharmaciens et au Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal. 

Insatisfaits de cette sentence, ils avaient interjeté appel. Le procès devait se tenir, ce lundi, à la Cour d’appel de Thiès mais, il a été renvoyé jusqu’au 27 mai prochain pour cause. L’un des prévenus en l’occurrence Mamadou Woury Diallo n’a pas déféré à la convocation. Ce dernier aurait bénéficié d’une grâce présidentielle le 4 avril dernier. Ce qui, aux yeux de Me Abdoulaye Babou, avocat de l’ordre des pharmaciens, est un scandale judiciaire.

« Une grâce obéit à des conditions. La condamnation de la personne doit être définitive donc qui n’est plus susceptible de recours. Si vous faites appel, le procès n’est pas encore terminé. Mamadou Woury Diallo n’était même pas éligible à présenter un dossier de grâce. 

Le président de la cour était stupéfait. Il n’a rien trouvé dans le dossier, même pas un seul papier qui parle de grâce. Or une personne condamnée, à la fin de sa condamnation, on lui donne un papier d’élargissement. Le président a renvoyé le dossier jusqu’au 27 mai prochain 27 pour connaitre la situation carcérale de Mamadou Woury Diallo », a expliqué Me Babou qui estime que ce dernier ne devait même pas quitter la prison. 

« C’est le plus gros scandale de la justice sénégalaise. On n’a jamais vu ça. C’est un cas unique dans l’histoire judiciaire du Sénégal. Il n’y aucune trace, un seul objet qui montre que Mamadou Woury Diallo bénéficie d’une grâce ou d’une liberté provisoire », dénonce-t-il. Dans cette affaire, il y a une mafia. « D’abord, comment deux pauvres types de rien du tout peuvent-ils réunir la somme de 1 milliard 500 millions pour acheter de faux médicaments. C’est sûr qu’il y a de gros bonnets derrière et ils sont tapis dans l’ombre. »

« Le président a été induit en erreur »

Pour sa part, le président de Amnesty International/ Sénégal estime que la grâce accordée à Mamadou Woury Diallo est curieuse. « Nous ne comprenons pas comment une personne qui est poursuivie, qui n’a pas été condamnée définitivement, puisse être graciée. La grâce est un pouvoir que le droit donne au président qui doit l’exercer qu’en faveur des détenus qui sont déjà condamnés. Donc, cette affaire est très curieuse et certainement le président a été induit en erreur, parce que le président reçoit une personne du Garde des Sceaux ou de ses structures compétentes. 

Il y a certainement eu une erreur manifeste qui a poussé le président de la République à gracier cette personne », a expliqué M. Gassama avant de rappeler la gravité des faits pour lesquels Mamadou Woury Diallo est poursuivi. « Le trafic de médicament fait beaucoup de victimes dans ce pays. L’Etat ne doit pas minimiser le trafic de faux médicaments. 

C’est un crime qui devrait être traité comme le trafic international de drogue et punit sévèrement. Les personnes impliquées ne devraient même pas avoir d’aménagement de peine de liberté conditionnelle. Nous sommes curieux de savoir, comment une personne poursuivie pour des faits aussi graves, qui n’a pas encore été jugée, puisse être graciée », soutient-il.

source:DAKAR MATIN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.