Retour sur le passage mitigé de Maradona en Liga

82

Maradona et son passage mitigé à la Liga

La mort de Diego Maradona à l’âge de 60 ans a choqué le monde du football. L’Argentin a passé une bonne partie de sa carrière en Liga, portant les maillots du FC Barcelone, de Séville FC, mais aussi, celui du Granada CF aux côtés de ses frères. 

Passage mitigé au Barça 
Diego a découvert l’Europe en signant au Barça pour 7,6 millions de dollars (somme record à cette époque). Dans un entretien, Joan Gaspart, qui était le vice-président du Barça à l’époque, avait révélé que les dirigeants catalans qui étaient partis en Argentine pour finaliser le transfert du « Gamin en Or » s’étaient déplacés en tank. Les autorités argentines craignaient pour la sécurité des dirigeants espagnols car détourner Maradona des très fidèles supporters de Buenos Aires fut très délicat au temps. Ça en valait le coup puisque le Barça accueillait le footballeur le plus populaire du monde qui garantissait le spectacle.
Néanmoins, son passage en Espagne n’a pas été un long fleuve tranquille. Des blessures et des maladies ont empêché Maradona de jouer beaucoup de matchs pour les Blaugrana (58 matches pour 38 buts). En terre ibérique Il gagne la Copa del Rey, la Copa de la Liga et la Supercoupe d’Espagne.
Mais son passage en Liga restera surtout marqué par sa blessure causée par l’attentat du joueur Basque Andoni Goikoetxea lors d’un match contre Bilbao. Cette blessure éloignera Diego des terrains pendant des mois alors qu’il entamait sa deuxième saison avec le club catalan. Il retrouve le “boucher” Goiko  lors d’une finale de coupe du Roi perdue (1-0) face à Bilbao. Là aussi une bagarre générale éclate en fin de rencontre devant le Roi Juan Carlos. Six joueurs dont l’Argentin et Goiko prendront 6 mois de suspension. 
Le jour où il met Bernabéu dans sa poche
Maradona étale sa classe devant la CASA Blanca lors d’une rencontre à Bernabeu contre le rival éternel, Madrid. Il impressionne par sa qualité technique en dribblant le gardien de Madrid avant de se payer le luxe d’attendre le défenseur Juan José, le déposer, pour marquer dans le but vide. Il reçoit une ovation méritée des supporters madrilènes. Ces derniers agitaient des mouchoirs blancs pour saluer l’exploit du génie argentin.
« Je me rappelle nos premiers entraînements avec lui, où le reste de l’équipe était si impressionné par lui que nous restions juste là à le regarder, » se remémore Lobo Carrasco, un de ses coéquipiers au Barça à l’époque.Son passage à Séville à côté de Diego Simeone
Après avoir quitté Barcelone pour devenir une idole à Naples en 1984, Maradona revient en Espagne en 1992. Cette fois, il signe au Séville FC et travaille à nouveau avec Carlos Bilardo, l’entraîneur de l’Argentine lors de la Coupe du Monde victorieuse de 1986 où Maradona fut exceptionnel.
Cela ne dure qu’une saison mais la campagne 1992/93 reste gravée dans les mémoires de tous les Sevillistas. Lors du premier match à domicile à Ramón Sánchez-Pizjuán, Maradona marque le but de la victoire 1-0 contre le Real Saragosse. 
Séville ne verra jamais le meilleur Maradona car il avait vécu une saison blanche avant de rejoindre l’Andalousie mais sa seule présence au Séville FC eut un énorme impact sur le club. Les supporters arrivaient au stade des heures avant le coup d’envoi pour assister à ses échauffements devenus mythiques et l’Argentin eut une influence majeure sur les jeunes joueurs de l’équipe tels Diego Simeone ou le directeur sportif actuel du club Monchi.
« Il m’a aidé d’une manière incroyable à Séville, » se rappelle Simeone. De son côté, Monchi a souvent conté une histoire qui symbolise bien la générosité de Maradona : « Je marchais avec Maradona un jour et il a vu que j’avais une Rolex mais j’ai avoué que c’était une fausse. Le jour suivant, à l’entraînement, il m’a demandé de l’attendre et il m’a donné une montre Cartier pour que je n’ai jamais à porter une fausse montre à nouveau. »
Maradona désirait rester à Séville pour quelque temps, faisant même venir certaines de ses voitures préférées en Andalousie. Mais il quitte l’Espagne à la fin de la saison 1992/93 pour retourner en Argentine.
Le jour où il joua avec ses frères
Après Barcelone et Séville, en 1987, il porta le maillot de Granada lors d’un match amical contre les Suédois de Malmö, évoluant alors aux côtés de ses frères Hugo et Lalo, qui venaient de signer pour le club andalou. Cette rencontre restera à jamais la seule où les trois frères jouent ensemble.


Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.