Restructuration du Grand parti : Gakou installe son état-major

72

Le Grand parti se réorganise, se rajeunit et se remet en selle. Le parti de Malick Gakou, qui s’est réuni en Bureau politique, a mis en place des secrétariats nationaux et mise sur ses responsables régionaux, la jeunesse et les cadres pour la conquête du pouvoir.

C’est presqu’un gouvernement et des départements ministériels. Le Grand parti (Gp) a, en effet, adopté un nouvel organigramme avec la création de secrétaires nationaux. Le Bureau politique qui s’est réuni lundi dernier a mis en place des secrétaires nationaux qui ont pour mission «d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies dans tous les domaines qui intéressent la vie de la Nation». Une sorte de shadow cabinet avec des départements. A l’exception du président Malick Gakou et de la vice-présidente et coordonnatrice nationale des femmes Mata Sy Diallo, c’est une armée à l’assaut du pouvoir. Les élus du Grand parti aussi devront pleinement jouer leur rôle dans cette nouvelle structuration. En ce sens, Aïssatou Sabara va s’occuper de la Solidarité et l’action sociale, Malick Guèye qui quitte la tête des jeunes à cause de la limite d’âge, animera désormais les Structures du parti, alors que Aminata Kanté sera aux côtés de la Famille, du genre et de la petite enfance.

El Hadj Diawara, la voix du Gp
Et c’est peut-être en perspective des échéances les plus proches, les Locales en l’occurrence, que Malick Gakou a confié des responsabilités importantes aux responsables régions du Gp. C’est le cas avec El Hadj Diawara, coordonnateur départemental de Koumpentoum, qui sera au-devant de la scène en tant que nouveau porte-parole du parti, Philippe Seck Ngom de Fatick promu trésorier général, Khadidiatou Dione de Ziguinchor en charge des relations avec les organisations féminines, Mohamed Cissokho de Kédougou pour l’Aménagement du territoire et la décentralisation, Dr Georges Diouf de Ndiaganiao aux Finances, Abdoulaye Cissé de Bakel aux Relations avec les collectivités territoriales ou encore le maire Malamine Cissé qui va gérer les Relations avec les élus. La responsable du Diobass, fief historique de l’Afp, Marie Yvonne Gningue, hérite du secrétariat national en charge de l’Intégrité et de la cohésion sociale, Aziz Diatta de Sédhiou s’empare de l’Artisanat, le professeur Assane Mangane de Kaffrine prend la coordination nationale des enseignants et Jean Daba Ndong de Fadiouth gère désormais la Commission de discipline du parti.

Alternance chez les jeunes, les cadres en bonne place
Les jeunes ont une place importante dans ce schéma. Dans ce dispositif, Mor Diaw succède à Malick Guèye à la tête de la Coordination nationale des jeunes, et Malamine Cissé de Kaolack dirige les élèves et étudiants, tandis que Aminata Ndiaye a en charge les Relations internationales et les Sénégalais de l’extérieur. Chez les «Sages», c’est Wagane Diouf qui reste coordonnateur national des séniors. Le parti dirigé par Malick Gakou souhaite ainsi «s’attacher toutes les compétences internes ou externes au parti en vue de faire des propositions fortes pour le renforcement et la réactualisation du Plan alternatif suxxali senegaal (Pass)». Et c’est pourquoi il mise aussi sur ces cadres à la tête desquels il y a Pape Médoune Sow. Sans compter Pr Serigne Thiam, chargé des Elections et des affaires juridiques, Mamadou Badiane, chargé de l’Agriculture, Pr Amath Kurumah chargé de l’Education et des universitaires dirigés par Pr Mouhamadou Fofana et Badara Diouf. Le Grand parti a confié la direction de l’Ecole du parti au Pr Abdoulaye Sall et la Formation, l’encadrement et les relations avec la société civile à l’activiste Daouda Guèye.

Contre la remise en cause permanente de la parole donnée : Le Gp met en place une charte du militant pour l’éthique politique

C’est une véritable dynamique de consolidation de ce parti et de fidélisation de ses militants qui s’opère puisque le Gp a également adopté une «Charte du militant» qui «repose sur des principes juridiques, politiques, éthiques et moraux», mais aussi qui «se réfère à la vision du Grand parti pour le Sénégal de demain et sur les politiques à mettre en œuvre pour arriver à des progrès importants, favorisant un modèle économique et social qui place l’humain au cœur des décisions pour un développement durable». Le Grand parti d’ajouter : «Celle-ci (la charte) engage, dans ce contexte de remise en cause permanente de la parole donnée, tout militant à placer le Sénégal au-dessus de toute autre ambition et de s’engager à ne jamais trahir les intérêts supérieurs de la Nation, à respecter et faire respecter la Constitution de notre pays et les Statuts et règlement intérieur du Parti.»

SOURCE PAR HAMATH KANE 

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.