Parker rachète une station de ski !

0 54

Alors que Tony Parker s’interroge sur la suite à donner à sa carrière sur les parquets NBA, le meneur tricolore a participé au rachat de la station de Villard-de-Lans.

Privé de playoffs pour la première fois depuis son arrivée en NBA en 2001, Tony Parker n’a toujours pas décidé s’il poursuivait sa carrière. Le meneur tricolore a beau avoir encore une année de contrat avec Charlotte, l’envie d’arrêter se fait de plus en plus pressante. “C’est du 50-50. Je n’ai pas encore pris ma décision. J’ai dit (aux Hornets) que je leur donnerai une réponse en juin. J’hésite vraiment, je n’ai rien à prouver. Et je veux passer du temps avec ma famille. Mais il y a une autre partie de moi qui veut faire une dernière saison”, a-t-il ainsi confié la semaine dernière sur le plateau de C à vous.

Et le Français a d’autant plus de raisons de dire stop qu’il ne manque pas d’activités par ailleurs. Alors que celui qui officie à la tête de l’ASVEL depuis cinq ans voit ses équipes enchaîner les victoires et peut toujours rêver d’un improbable doublé avec les deux équipes masculine et féminine, TP est également devenu ce lundi le propriétaire de la station de Villard-de-Lans, ainsi que celle de Corrençon-en-Vercors. 

Il n’a pourtant jamais skié de sa vie…

Le Français  a en effet racheté la SEVLC, société d’équipement de Villard-de-Lans et de Corrençon-en-Vercors qui gère notamment les 22 remontées mécaniques du domaine. “C’est une question d’opportunité. On m’a parlé de ce projet de venir dans le Vercors avec la possibilité de faire quelque chose d’hyper sympa, a-t-il expliqué auprès du Dauphiné. J’ai dit pourquoi pas. C’est une aventure humaine, on est tombés amoureux de cet endroit. Après, j’ai toujours une vision dans ce que je fais. J’ai trouvé ce projet cohérent. Pour que la station ressemble à ce que je souhaite, il faudra six ou sept ans.” Et ce alors qu’il n’a lui-même “jamais skié de sa vie”, en raison de sa carrière et de ses contrats...

Tony Parker et ses associés de Infinity Nine Mountain, parmi lesquels figurent notamment Nicolas Batum, son coéquipier aux Hornets, et Marie-Sophie Obama, présidente de l’ASVEL féminin, ont dans les faits racheté 76,9% de la SEVLC à ses propriétaires historiques, les frères Victor et Daniel Huillier, 89 et 91 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.