Moutons de race : Les éleveurs saint-louisiens entre passion et business

0 91

L’élevage n’est plus l’apanage des seuls peuls et autres bergers. A Saint-Louis, cette activité est partout présente. Nombreux sont aujourd’hui des particuliers qui s’adonnent à celle-ci pour diverses raisons. L’amélioration génétique, pratiquée ces dernières années, a permis le développement de races comme le « ladoum » très prisé. Signe de prestige, ou d’opulence, l’élevage de moutons de race, devenu également un business très lucratif, a de beaux jours dans la vieille cité.

Saint-Louis n’est pas seulement une ville de pêche. A Guet Ndar, Santhiaba et Gokhou Mbacc, qui abritent la plus grande communauté de pêcheurs de la ville, voire même du Sénégal, le visiteur sera surpris de voir une flopée de moutons replets, à force d’être très bien entretenus, trainasser aux devantures des maisons, ou sur ce qui reste encore de plage après le désastre causé par l’avancée de la mer. Dans ces quartiers, la nécessité  recommandait la pratique de l’élevage. A Léona, Médina Courses, Ndiolofène, Bango et un peu partout dans la ville, on retrouve des centaines d’éleveurs très actifs. Nombre d’entre eux sont reconnus pour la qualité de leurs bêtes.
Dans le paysage de l’élevage de moutons de race, la Bergerie des 2 Khadim (B2K), implantée à Bango, figure en bonne place. Créée le 1er janvier 2016 grâce à une même vision prospective portée par deux amis passionnés par l’élevage, celle-ci constitue une véritable attraction. Khadim Diop, directeur commercial de Nma (Nouvelle minoterie africaine) et Khadim Thiam, directeur de la logistique de la Société générale de construction (Sogec), qui ont eu l’ingénieuse idée de fusionner leurs bergeries pour créer la B2K, ne regrettent pas leur choix.

Le visiteur qui vient à la B2K est émerveillé par les sujets de grande taille, robustes, au corps bien charpenté et au garrot saillant qui peuplent les enclos très bien entretenus. Ils ont pour noms « Galactik », « First Choice », « Foreman », « Naomi », « Graine d’Or », « All Black », « Everest », « Challenger », « Millésime », « Deuxième Dame »… Le travail effectué par la B2K pour améliorer les qualités de leurs sujets a bien porté ses fruits.

Pour Ibrahima Samba, l’organisation régulière de foires démontre que l’élevage se porte de mieux en mieux à Saint-Louis. Et selon cet éleveur, la dernière foire de Dakar l’illustre à merveille avec la percée historique et fulgurante de la B2K. « Pour avoir remporté une dizaine de Prix et pas des moindres, cette bergerie a fini par conquérir le cœur des Sénégalais », fait-il savoir. D’ailleurs, indique-t-il, « rien qu’à entendre des noms d’athlètes comme « Galactik », « First Choice », « Naomi », « Graine d’Or », « All Black », « Everest »…, on s’imagine assez aisément combien Saint-Louis a été performante à travers la B2K ». Ces performances démontrent, à son avis, le travail titanesque réalisé en amont pour en arriver à ce niveau exceptionnel. « La particularité de cette bergerie, réserve de champions ou de cette école, c’est la mutualisation des compétences, expériences et passions des partenaires qui la composent. Ces deux jeunes qui ont installé la génétique dans les sommets jusque-là inconnus prouvent aujourd’hui que l’union fait la force », informe-t-il.

Lire la suite sur de l’article sur Le soleil.com

L’article Moutons de race : Les éleveurs saint-louisiens entre passion et business est apparu en premier sur Actunet.net.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.