Moi, politicien !

79

Je suis un homme sans une once de grâce. Ne m’en voulez surtout pas. Je suis ainsi fait. Je me suis dévêtu de tout ce qui pouvait être une preuve d’élégance pour m’habiller d’oripeaux. Je me suis accommodé de tous les régimes, et à chaque fois, j’ai pu offrir une danse du ventre digne des catins des vieux faubourgs. Mes contorsions rythmiques sont infaillibles. Il me faut bien plaire au Prince. J’ai toujours mon petit secret pour revenir aux affaires. En moins de temps qu’il ne faut, je peux ravaler mes propres vomissures et afficher un large sourire. Plus de trente ans que je résiste.

J’ai cette capacité de défendre une chose et demain son contraire avec les arguments les plus agaçants qui puissent exister comme cette idée d’un référendum par rapport à un 3ème mandat. Malgré mon statut de chef de je ne sais quoi encore et dont l’utilité n’est pas prouvée, je me f… de la paix sociale. Un référendum ? Bien entendu, je me moque de son coût pour nos maigres finances exsangues. Il paraît que le Chef pense à un gouvernement de majorité élargie.

J’ai entendu dire qu’il n’a plus le choix, tellement il se sent esseulé. Il sait, sans oser se l’avouer, qu’il est lâché par ses plus proches collaborateurs absents du terrain des inondations et qui attendent le bon moment pour lui donner le coup de Jarnac. Croyez-moi, ce n’est pas sorti de ma fertile imagination. Sentant donc un prochain partage du gâteau et ne voulant pas mourir abruti en ces temps de crise, il me fallait bien sortir de mon trou (sans jeu de mots) et épiloguer sur le troisième mandat jusqu’à oser faire des gaffes du genre qu’il n’existe pas de limitation de mandats en France et aux Usa. A moins que tout cela ne soit les remembrances du vieillard idiot que je suis.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.