Le pouvoir vous change

209

Ah, le pouvoir, il est irrésistible. Ça vous change, ça vous change !! Ça vous change, on vous dit ! Il fait d’un gringalet un homme dodu et empli de suffisance. Qui vous regarde de haut et écrase la vermine. Ça vous permet aussi, le pouvoir, de courir les belles nanas que l’on n’osait même pas croiser dans une vie antérieure de misère. A eux, nos gens d’en haut, les restaurants chics où un café vaut 2000 balles.

A comparer avec le verre de « café ak meew » de chez le Maïga d’antan à 200 balles seulement ! Ah, rassurez-vous, 2000 balles, ce n’est rien pour nos gens qui se permettent même de laisser de consistants pourboires surtout si c’est une belle serveuse aux formes rebondies. Faut faire impression ! De belles bagnoles pour rendre jaloux la plèbe. Et pas une seule. C’est être trop pingre. C’est la course à l’acquisition de villas, terrains et autres ranchs.

Prendre la revanche sur une vie et oublier celle faite de misère durant laquelle on s’est évertué à critiquer la gestion du pouvoir de l’autre. Ceux qui se prétendaient des patriotes, ont même pondu des dizaines d’ouvrages. Lesquels furent censurés et leurs auteurs à deux sous hissés au pinacle. Belle supercherie littéraire ! On les cherche encore, disparus qu’ils sont de la circulation, s’ils ne se réfugient du côté du pouvoir où il bouffent sans honte, fermant les yeux sur les errances et abus du Chef pour ne pas perdre leurs privilèges.

De petits millions que l’on n’entrevoyait qu’en rêve deviennent de misérables francs et on rêve d’en acquérir encore et encore. Rien ne sera de trop pour en posséder encore. De petites magouilles, de fausses écritures sur la gestion des deniers publics. Ah, il y a les femmes. On le sait, il arrive que l’argent les aveugle. De nouvelles fringues, de nouvelles connaissances, et surtout parmi les stars dont l’une, douée comme pas deux pour flairer les sous, vous rendra subitement populaire par une chanson.

Des voyages aux quatre coins du monde. Bref sortir d’une vie monotone pour les lumières. Et quand c’est le Chef lui-même qui a pris de l’embonpoint, qui appelle à la déclaration de patrimoine, ça risque de se transformer en bal poussière pour dissiper l’indignation collective qui en naitra…
Kaccoor bi

Source Dakarmatin

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.