Le navire vert tangue en haute mer : Le «commandant» Tanor sortira-t-il indemne ?

0 49

Tout débuta au lendemain de la présidentielle de 2012. L’inamovible secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng est accusé. Ses détracteurs craignent qu’à trop suivre Macky Sall, leur formation finisse par être absorbée par la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (Bby). Ils ne digèrent pas que leur parti, qui a dominé la vie politique sénégalaise pendant près d’un demi-siècle, sous Léopold Sédar Senghor puis Abdou Diouf, soit aujourd’hui cantonné au rôle d’allié du pouvoir. Au sortir de la présidentielle de 2019, une autre fronde est née. Tanor, toujours en France pour des raisons médicales et pointé comme étant la racine du mal. Le commandant Tanor, seul à bord du navire vert, sortira-t-il indemne ?

Le Ps à la dérive !

Au début, c’était un conflit entre le camp d’Ousmane Tanor Dieng, à la tête du Ps et celui de Khalifa Sall. Ce, depuis l’alliance avec Macky Sall en 2012. Aujourd’hui, une autre fronde secoue le parti, u sortir de la présidentielle.

Des débats houleux, le Parti socialiste (PS) en a connu. Mais, avec plus de soixante-dix années d’existence, jamais les murs de la maison du Ps située a Colobane, n’avaient autant tremblé. C’était le 6 mars 2016, les militants socialistes, laissant exploser leurs divergences sur la position à adopter vis-à-vis du projet de référendum constitutionnel porté par le gouvernement, finissent par s’affronter à coups de pierres. Bilan : plusieurs blessés, des cadres du parti exfiltrés par la police et la justice saisie pour arbitrer ces règlements de comptes internes.

Si violente fût-elle, cette bataille n’est qu’un épisode parmi d’autres de la guerre ouverte que se livrent les tauliers du Ps depuis l’alliance nouée avec Macky Sall en 2012.

Le patron du parti, l’inamovible secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng pointe le camp adverse. C’est-à-dire, celui de Khalifa Sall. La suite est connue. Des lieutenants de Khalifa Sall sont emprisonnés dont le maire de la Medina, Bamba Fall. Il leur est reproché de vouloir à tout prix, mettre un terme à ce compagnonnage «fructueux».

Désormais, l’avenir du Ps est en jeu. Les opposants à Tanor craignent qu’à trop suivre Macky Sall leur formation finisse par être absorbée par la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (Bby). Ils ne digèrent pas que leur parti, qui a dominé la vie politique sénégalaise pendant près d’un demi-siècle, sous Léopold Sédar Senghor puis Abdou Diouf, soit aujourd’hui cantonné au rôle d’allié du pouvoir.Publicité

Publicité

Tanor, la racine du mal ?

Dans le viseur des contestataires, un homme concentre tous les griefs : Ousmane Tanor Dieng. Il contrôle d’une main de fer, réduisant au silence toute voix dissonante.

C’est ainsi que des voix se sont élevées lors du choix porté sur Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam pour figurer dans le premier gouvernement du second mandat de Macky Sall.

En ce sens, un vent de révolte souffle au Parti socialiste. Après le départ de Me Moussa Bocar Thiam, d’autres responsables socialistes n’ont pas digéré les reconductions de Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue Ndiaye dans le gouvernement.

Ils ont mis en place un Front pour la vérité et la justice au Parti Socialiste. Abdoulaye Gallo Diao, qui n’a jamais caché sa déception à la suite de ces nominations, est le porte-parole du front. Membre du Bureau politique et secrétaire national adjoint chargé des TIC, il indique que le Parti socialiste traverse une seconde crise extrêmement grave due à la confiscation de l’intérêt général, la frustration et le mécontentement de l’écrasante majorité des militants et responsables socialistes.

A l’en croire, «cette frustration a atteint des proportions rarement égalées. Il informe que des responsables membres des instances de base et de la direction, sont en train d’organiser une grande résistance à l’intérieur et à l’extérieur du parti, en vue de mettre fin à cette conspiration inédite».

Pour le moment, le front cherche des solutions de sortie de crise. A cet effet, il travaille pour la convocation dans les plus brefs délais, d’une réunion du Comité Central qui ne s’est réuni qu’une seule fois depuis le 15e Congrès ordinaire de 2014. Ce qui est inadmissible et inacceptable, à leurs yeux, au regard du mode d’organisation et de fonctionnement du Parti.

Le commandant Tanor sortira-t-il indemne…

En France pour des soins, suite à une maladie, Ousmane Tanor Dieng, aujourd’hui, âgé de plus de 70 ans, reste le seul commandant à bord du navire vert de Colabane.

Cependant, le vent de révolte qui secoue le navire qu’il dirige, après les secousses antérieures, nées de son différent avec le camp de Khalifa Sall, ne milite guerre en sa faveur.

Tanor Dieng est obligé d’aller en guerre sur plusieurs fronts et cela peut lui valoir n’énormes déconvenues.

L’avenir si proche, si lointain édifiera. 
senegal7

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.