Le message fort de Ahmed Ben Djaffar à KARIMA SANDIA.

0 56

Les témoignages de la métisse Franco/suisse Karima – Sandia se renforcent ,elle est soutenue par l’ancien ministre des affaires étrangères des comores Ahmed ben Djaffar. Grâce à son amour pour son prochain, son ami et compatriote reconnaît ses engagements humanitaire à l’échelle internationale dont les modes d’action différents se révèlent vecteurs de solidarité et de partage dans un esprit de collaboration.

En effet, la femme aux multiples casquettes a toujours privilégié le travail d’équipe pluridisciplinaire dans une cohésion sociale entre la partie civile , le secteur privé et les entités étatiques tout en tenant compte de la doctrine juridique, traditionnelle et culturelle inhérente à chaque pays où elle est amenée à intervenir dans le cadre de ses actions humanitaires .Son but est de renforcer l’existant dans une bonne synergie …

Bonsoir Karima-Sandia!
J’ai bien lu avec attention ce qui t’est arrivé à Lyon Perrache, et les témoignages qui ont suivi pour t’exprimer le soutien et consolation. Je tiens par la présente correspondance t’apporter mon soutien, témoigner à mon tour car connaissant les valeurs qui t’animent de tout temps, à savoir un humanisme incontestable et incontesté,ce qui t’est arrivé n’est rien d’autre que de la barbarie d’un autre âge ! Acte raciste, oui ça en est un ! Mais au-delà de ce racisme, c’est un état d’esprit qui, malheureusement, se répand de plus en plus en France, Pays de droit et de valeurs humaines séculaires qui faisaient sa fierté mais qui, hélas, se perdent au fil du temps et au grand dam des autorités qui, par machiavélisme politique entretiennent ce fléau et se taisent dans un silence assourdissant. C’est tout simplement malheureux car, par leur attitude, elles deviennent complices de dérives qui détruisent toute une histoire d’un Pays qui a été marquée par un humanisme légendaire. Ces autorités sont-elles devenues amnésiques, ou tout simplement obnubilées par la soif du pouvoir au point de brader une partie de leur Histoire. Je suis tenté d’opter pour le deuxième cas de figure.
Sandia-Karima, je t’ai connue en 2005 quand je travaillais avec l’Union Européenne en qualité d’expert en Éducation, tu m’as présenté, à l’époque, l’OCD et ses activités aux Comores et je me suis, tout de suite, inscrit dans la demarche car convaincu de ta détermination et ta volonté de faire bouger les lignes. Depuis, le contact est maintenu et tu m’as fait rencontrer des personnalités plus tard, notamment en Suisse comme au Sénégal ce qui n’a fait que renforcer ma confiance, mon admiration et mon respect à ton égard. Ce qui t’est arrivé ce jour là avec ce chauffeur de bus est tout simplement inacceptable ! Inacceptable aujourd’hui, comme hier ou encore demain. À toi, comme à quelqu’un d’autre, blanc, noir ou jaune, cela reste inacceptable, inadmissible !
Mais te connaissant, encore une fois, les valeurs qui t’animent, je sais que tu ne vas pas baisser les bras car ça n’est pas de ta nature. Tu n’es pas une Femme à renoncer; et ce n’est pas, et je dirai loin de là, l’acte d’un homme inculte, d’une espèce disparue il y a belle lurette, qui te pousserait à renoncer. Bien au contraire, je suis convaincu que cela t’a redonné plus de force, plus de conviction pour te battre davantage pour un monde harmonieux, équitable, juste. Et je te rappellerai tout simplement le proverbe de chez nous ici aux Comores et qui dit ” Un clou, plus tu l’enfonces , et plus il s’enracine” ; tu es donc ce CLOU !
AHMED JAFFAR
Ancien Ministre des Affaires Étrangères
de l’Union des Comores

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.