La France accusée d’être l’instigatrice de ce procès…

0 109


« Rendez-moi mon imam…« , a conclu sa plaidoirie, Me Babacar Cissé. C’est au tour de Me El Hadji Basse de plaider pour l’imam Ndao. Ils n’a pas été tendre avec la France accusée d’être l’instigatrice de ce procès…

« L’Islam est une affaire de Dieu…« , précise Me El Hadji Basse qui pointe du doigt la France où « il ne peut y avoir de partis politiques d’obédience islamique« . Non sans rappeler, sous le régime de Abdou Diouf, l’arrestation de Serigne Moustapha Sy « pour décapiter le Mouvement ‘Moustachidine Wal moustachidate’ « . « Et après la seconde alternance, on vient dire que les marabouts sont de simples citoyens…« , regrette l’avocat de l’imam Ndao.

« La France reprend le Sénégal… Eiffage revient, Bolloré revient, Auchan…« , pour dire que la France, pour avoir une main mise sur notre pays, a financé le Sénégal pour lutter contre le terrorisme qui n’existe pas.

« Le procureur l’avait dit. Lui-même sait que nous savons que le Sénégal a reçu beaucoup d’argent pour la lutte contre le terrorisme (…) On et même allé jusqu’à faire des simulations contre des attaques terroristes (…) Tout ça pour présenter des rapports à la France pour lui dire: ‘voila ce que nous faisons de l’argent du financement contre le terrorisme (…) On est même allé à une marche après qu’un journal, ‘Charlie Hebdo’ eut à insulter, à la face du monde, le Prophète (PSL), pour les beaux yeux de la France, comme si les 95% des Sénégalais cautionnent cet acte…« , poursuit Me Basse dans sa plaidoirie.

« De qui se moque-t-on? Vous même M. le président savez qui se moque de qui… », renchérit l’avocat de imam Ndao qui précise que dans ce dossier, ils sont à l’aise, « car nous plaidons en droit et ne recevons aucune pression de qui que ce soit…« 



Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.