INSTALLATION DE LA COMMISSION CELLULAIRE DE CONCERTATION SUR LE PROCESSUS ÉLECTORAL HIER, VENDREDI GENERAL MAMADOU NIANG ET CIE, EN FACILITATEURS DU DIALOGUE

0 52

Le Général à la retraite Mamadou Niang et son équipe ont été officiellement installés dans leur fonction de membres de la Commission cellulaire chargée de conduire les travaux du cadre de concertation sur le processus électoral. Le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye a procédé hier, vendredi 31 mai, à la cérémonie d’installation de ce cadre dont les membres n’entendent jouer qu’un rôle de facilitateur du dialogue entre acteurs : pouvoir, opposition et partis non-alignés.
Les concertations politiques sur le processus électoral sont désormais en mode «fast-track». Près de trois jours après la cérémonie de lancement officiel du dialogue national le mardi 28 mai dernier, le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a procédé hier, vendredi 31 mai, à l’installation des membres de la Commission cellulaire chargée de conduire les travaux du cadre de concertation sur le processus électoral. Il s’agit entre autres, du Général à la retraite Mamadou Niang, ancien ministre de l’Intérieur et ex-président de l’Observatoire national des élections (Onel), du professeur titulaire des Universités Babacar Kanté, ancien membre de l’Onel, du Pr Alioune Sall agrégé en droit et ancien juge à la Cour de justice de la Cedeao à Abuja (au Nigeria) et ancien membre de la commission cellulaire ayant piloté les travaux qui ont abouti à la création de la Cena et du doyen Abdou El Mazid Ndiaye, ingénieur agronome et membre émérite de la Société civile.
Tenue dans les locaux de la Direction générale des élections (Dge), sise à la Cité Police, cette cérémonie a enregistré la participation de la plupart des acteurs parties prenantes au processus électoral. Majorité, opposition, non alignés, Société civile, la Commission électorale nationale autonome (Cena), le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) et les acteurs de l’administration électorale, tous ont été représentés dans la salle de conférence de la Dge. Dans son discours, le ministre Aly Ngouille Ndiaye a commencé par se réjouir de l’ouverture d’esprit et du sens de la République dont les acteurs de ces concertations ont fait montre, après avoir adhéré à la proposition faite par l’opposition de faire présider les travaux de ce cadre de concertations sur le processus électoral par une équipe composée de personnalités indépendantes choisies d’accord partie.

Se tournant vers les représentants de différents pôles présents dans la salle, le ministre Aly Ngouille Ndiaye rappelle qu’il ne «saurait manquer au cours de vos travaux des moments d’incompréhension peut-être même de frictions inhérentes à toutes discussions politiques, je reste persuadé cependant que c’est au confluent de nos mutuels renoncements et conciliations que jaillira l’éclat des consensus recherchés». «L’accueil à l’unanimité et par acclamation de la proposition de la composition de la commission que nous avons faite sur la base des suggestions formulées par l’opposition, les non-alignés et la Société civile, la majorité s’étend abstenue d’en faire, témoigne si besoin en est de notre capacité et de notre aisance à nous élever au dessus de nos contingences du moment. Cela augure de bonnes perspectives», a assuré le ministre Aly Ngouille Ndiaye non sans exprimer «la confiance du chef de l’Etat à l’endroit du général Mamadou Niang et de son équipe». «En vous installant dans vos missions de membres de la Commission cellulaire chargée de conduire les travaux de ce cadre de concertation sur le processus électoral, je vous exprime la confiance du président du chef de l’Etat qui attache un intérêt particulier aux conclusions de vos assises. Je me fais fort de son engagement à donner corps aux consensus qui en découleront.

Pour ma part, je vous assure de ma disponibilité ainsi que celle de l’administration électorale à vous apporter tout le concours nécessaire à la réussite de votre mission». Prenant la parole à la suite du ministre de l’Intérieur, le nouveau patron du cadre de concertations politiques sur le processus électoral, le général Niang a invité tous les acteurs engagés dans ce processus à mesurer la «très lourde responsabilité» qui pèse sur eux et qu’ils doivent endosser avec «humilité et détermination» fondée sur «nos valeurs sociales, notre loi fondamentale et à toutes les règles de conduite qui en découlent».

Poursuivant son propos, l’ancien ministre de l’Intérieur a par ailleurs tenu à rassurer tous les acteurs des concertations sur la mission de son équipe. «Nous sommes des facilitateurs. C’est vous qui discuterez. C’est vous qui trouverez des meilleures solutions et nous prendrons acte. Si on peut vous aider à rapprocher les positions pour franchir un cap, on le fera, bien sûr avec la responsabilité qu’il faut mais en espérant toujours trouver le consensus nécessaire nous permettant de faire le prochain bond», a lancé le général Niang. Avant de préciser dans la foulée : «Nous devons scruter l’avenir immédiat, mais aussi voir loin pour anticiper et prévenir les nuages dévastateurs que portent, avec elles les effluves du pétrole et de gaz, sauver notre pays des effets néfastes de la dévastation de la division.»

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.