Ethnicisation du débat public : “Dans le Sénégal que nous aimons, il ne saurait y avoir de particularisme” (Macky Sall)

60

Le président de la République siffle la fin de la récré’ dans l’espace public miné par un dangereux débat ethniciste. Macky Sall a consacré un important chapitre de son discours à la nation du 3 avril 2021 à “l’urgence” de sauvegarder notre légendaire unité dans la diversité que le monde entier nous envie. Coupant court aux discours dont les auteurs, pour la plupart des membres de son camp (Madiambal Diagne, le ministre Malick Sall…), cherchent, par leur persistance, à réveiller les démons de la division.
“Ce soir, devant vous, je réaffirme solennellement que le Sénégal est une nation unie et indivisible et le restera. Un pays de pluralisme intégrateur. Un pays de paix et de convivialité entre toutes ses composantes. Un pays de Téranga qui accueille et protège tous ses hôtes”, déclare le chef de l’État. “Ensemble préservons cet art de vivre bien sénégalais. Assurément c’est ce Sénégal qui fait notre bonheur, notre honneur et notre fierté. C’est ce Sénégal qui est connu et apprécié à travers le monde”, lance-t-il à tous les Sénégalais de quelque bord qu’ils soient.
“Je vous invite à un examen de conscience”
Selon le président Macky Sall, aucun clivage ne saurait prospérer dans ce pays. “Dans le Sénégal que nous aimons, il ne saurait y avoir de particularisme quel qu’il soit”, fulmine-t-il. Cette particularité sénégalaise nous la devons, d’après lui, aux “ressorts” qui sont restés toujours “solides et jouent leurs rôles de régulateur” même dans les moments les plus troubles comme on en a vécu ces derniers jours. Par conséquent, conseille-t-il : “gardons à l’esprit ce qui pourrait les affaiblir”. “Evitons tout propos et tout comportement qui pourraient les fragiliser”, insiste Macky. 
Soucieux de la sauvegarde de la cohésion nationale, il invite “à un examen de conscience” tout en appelant au renforcement du “contrat social qui nous lie les uns aux autres, notre commun vouloir de vie commune”. “J’appelle à une revitalisation urgente des valeurs de citoyenneté, de civisme et de coexistence pacifique. J’appelle au respect des institutions et des principes qui gouvernent notre démocratie, l’état de droit et la République. Ces valeurs nous engagent et nous protègent solidairement. Elles constituent notre soupape de sécurité individuelle et collective, le socle sur lequel repose la nation sénégalaise”, confie-t-il.
Avant de mettre en garde les fossoyeurs de cette paix sociale : “nul n’a le pouvoir ni le droit de les mettre en péril”. Dans cet esprit de revitalisation du ciment unificateur, le président Macky Sall soutient qu’il restera “ouvert au dialogue et à la concertation pour faire avancer nos causes communes”. Une main tendue à l’opposition qui a récemment quitté la table du dialogue pour contester la décision jugée unilatérale de tenir les élections locales en 2022. 

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.