Destitution de Cissé Lo de l’Assemblée : M. Diakhaté prend la défense de l’ex 1er vice-président

111

L’ancien président du Groupe parlementaire “Benno Bokk Yakkar (Bby)” s’est invité au débat sur la destitution de Moustapha Cissé Lo du bureau de l’Assemblée nationale. Une occasion pour Moustapha Diakhaté de rappeler à Macky Sall et Cie le cas du député de Ranérou, Aliou Dembourou Sow. Selon le leader du mouvement MankooTaxawu Sunu Apr, le chef de l’Etat et ses collaborateurs détestent les insultes mais adorent l’apologie de la violence à caractère ethnique. Ce qu’il considère comme “une politique d’indignation sélective qui donne la nausée“.

Destitution de Moustapha Cissé Lô du bureau de l’Assemblée nationale et la mollesse de l’Apr face à l’apologie de la violence ethnique : une politique d’indignation sélective qui donne la nausée.

Macky Sall et Cie

Monsieur Macky Sall and co détestent les insultes mais adorent l’apologie de la violence à caractère ethnique.
Monsieur Macky Sall et son parti ont atteint un sommet dans la politique de deux poids deux mesures, en se livrant à de minables exercices d’indignation sélective qui laissent les Sénégalais pantois.

Affaire Aliou Dembourou Sow

L’absence de condamnation des propos ethnicistes et génocidaires du député Aliou Dembourou Sow est aux antipodes de la violence avec laquelle Monsieur Macky Sall a obtenu l’exclusion de Moustapha Cissé Lô de l’Apr, du Groupe Bby et aujourd’hui sa destitution du bureau de l’Assemblé nationale.

Moustapha Cissé Lo

Manifestement, la répression féroce contre Monsieur Cissé Lô comparée à la honteuse réaction de l’Apr à la suite de l’appel du député Aliou Dembourou Sow aux Peulhs de prendre leurs machettes pour massacrer les opposants au 3e mandat est un blanc seing de massacre ethnique pour maintenir Macky Sall au pouvoir.

Démocratie 

En tout état de cause, les Sénégalais feront face, comme par le passé, pour défendre la démocratie, l’Etat de droit et surtout la norme constitutionnelle relative à la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, selon laquelle ” nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs”.

dakar matin

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.