Centrale à Charbon, Pôle urbain Diamniadio, nouveau Port: Bargny-Sendou proteste et sort encore ses brassards rouges

0 81

Bargnynois, Miniamois et Sendois ont marché dans la matinée de Miniam à la municipalité de Bargny pour exiger l’indemnisation de leurs cultures et la restitution de leurs terres. En toile de fond, ils soulèvent les problèmes fonciers, sociaux et environnementaux que suscitent ces grands projets d’État que sont le pôle urbain de Diamniadio, la centrale à charbon et le port minéralier et vraquier de Bargny-Sendou.

Miniam est le village le plus proche de la centrale. Déjà victimes de l’érosion côtière, comme Bargny et Sendou, les populations se trouvent à moins de 500 mètres de la centrale à charbon. Avec l’arrivée du port, nombre d’entre-elles ont perdu leurs champs, décrétés d’utilité publique par l’État pour sa construction.

Toutes, avec la pêche, dépendaient de cette ressource pour subvenir à leur besoin. S’y ajoute la pollution. « Si je pouvais partir, je le ferais pour mes enfants car je ne peux les laisser vivre avec une centrale à côté, » déplore amèrement Cheikh Amadou Beye (Miniam).

Et si pour certains polluer est un moindre mal face à la promesse de développement, une pollution par laquelle aurait dû passer de nombreux pays dit « industrialisés », pour Amadou « ce qu’il s’est passé en 1800 ne peut avoir lieu aujourd’hui. Les choses ont changé, des constats ont été posés. Et puis soyons honnête, qui vient nous vendre quoi et pourquoi… On ne peut plus le faire dans certains pays, alors on vient chez nous ?! »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.