Centrale à charbon de Bargny : 47 milliards de F Cfa réclamés à la Senelec par la Compagnie d’électricité du Sénégal

124

La Compagnie d’électricité du Sénégal et ses collaborateurs sont dans une colère noire. Ceci, disent-ils, après que la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) refuse de leur payer une ardoise de 47 milliards de F Cfa.

La Société Nationale d’Électricité du Sénégal (Senelec) et la Compagnie d’Electricité du Sénégal (CES), promotrice de la Centrale électrique de Bargny (Centrale à charbon) ne parlent plus le même langage. Les deux sociétés s’accusent mutuellement de non-respect des engagements et chacune d’elle réclament à l’autre des dettes non–payées.  

En marge d’une démonstration technique organisée à la Centrale à charbon de Bargny, mardi, les responsables du CES ont fait part de leur peine suite au non-respect des engagements de la Senelec. « La centrale a démarré en octobre 2018. Depuis cette date à juillet 2019, la centrale a fourni à la Senelec qui a distribué aux consommateurs, mais n’a pas payé la facture à la centrale. Entre octobre et juillet 2019, 17 milliards de F Cfa de facturation sont en instance non encore payés non plus », a pesté 
l’administrateur adjoint de la Ces.  

 Malick Seck de poursuivre : « De novembre 2019 à la fin de juillet 2020, la CES a envoyé à la Centrale d’électricité de Bargny 30 milliards de F Cfa de facturation. Cela ajouté aux 17 milliards de F Cfa, ça fait un total de 47 milliards de F Cfa que Senelec nous doit », a –t-il déclaré.  

 La réaction de la Senelec ne s’est pas fait trop attendre. Joint par L’Observateur, le Directeur de l’Equipement de la Senelec, a soutenu que ce que doit la CES à la Senelec est supérieur à ce qu’elle réclame.  

 « Il nous réclament 47 milliards de F Cfa et nous aussi, nous leur réclamons 66,9 milliards de F Cfa de pénalités et ça découle du contrat qui nous lie », a avancé Pape Toby Guèye.   

 Qui a précisé que  « la Senelec n’est pas en opposition avec la Ces. La Centrale d’électricité de Bargny a connu un arrêt suite à une défaillance. Cet arrêt a duré très longtemps. Aujourd’hui, Senelec a juste posé des conditions pour un retour en exploitation de la centrale (…)». 

Et comme si cela ne suffisait pas, la Senelec multiplie «les tentatives de décrédibiliser la centrale à charbon de Bargny, en répandant des contres vérités sur son état et sa capacité à produire de l’électricité» selon les termes de l’accusation.

dakar matin

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.