Brûlé vif par son grand-frère à Keur Massar : un drame sur fond de tragédie sentimentale

0 100

L’on en sait plus sur les circonstances de la mort d’Abdou Ndiaye (22 ans), brûlé vif par son grand frère, Dame (46 ans), au quartier Darou Salam de Keur Massar.

L’Observateur qui est revenu largement sur ce drame survenu dans la soirée de vendredi dernier, informe que les deux frères ne se parlaient plus depuis longtemps. 
Et c’est une histoire banale survenue dans la maison qui a débouché sur l’irréparable. Abdou Ndiaye qui élevait des moutons, avait trouvé, une de ses nièces en train de jeter des pierres sur ses bêtes qui s’étaient échappées de leur enclos. En colère, Abdou administre alors une gifle à sa nièce. Un coup bien porté, puisque le nez de la jeune fille se mit aussitôt à pisser le sang. 
C’est sa grand-mère, la mère d’Abdou Ndiaye, qui acheminera la fillette au centre de santé, avant d’aller raconter l’histoire au délégué de quartier, qui convoque Abdou Ndiaye dans la soirée. 
Pendant ce temps, mis au parfum de l’affaire, son grand-frère Dame, dépeint comme un coléreux, adepte du chanvre indien, murit un plan. Il remplit une carafe d’essence, coupe l’électricité de la maison et guette le retour de son frère cadet, alors que tout le monde était couché dans la maison. 
Quand Abdou toque à la porte de la maison, il lui ouvre s’assure que c’est bien lui et lui verse l’essence sur le corps, avant d’actionner son briquet. Abdou Ndiaye hurle de douleur, avant d’aller se jeter dans une marre boueuse. Puis, il alla s’allonger sur le canal, très mal en point. 
C’est après plus de quarante minutes d’attente que les sapeurs-pompiers vont finalement l’acheminer à l’hôpital où il décéda le samedi au petit matin. 
Son frère Dame, maçon de son état, sera cueilli sur le chantier où il était parti travailler comme si de rien n’était. 
Selon le journal, le différend entre les deux frères était profond. Abdou Ndiaye a toujours suspecté son frère de l’avoir cocufié. En effet, raconte le journal, un soir, alors que le défunt était couché sur son lit avec son épouse, il posa sa main sur cette dernière endormie. Son épouse prononça alors le nom de Dame, avant de lui demander d’arrêter. Depuis, Abdou n’aurait plus eu confiance en sa femme d’avec qui, il avait d’ailleurs divorcé. 
Et sa haine pour son frère n’a cessé de grandir… 

source:leralnet

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.