Arrestation de Kémi Séba à l’AIBD : les Panafricanistes accusent le gouvernement sénégalais de haute trahison

64

L’interdiction à l’activiste panafricain, Kémi Séba, d’accéder au territoire sénégalais, continue à faire jaser. Après l’Horizon sans frontière, les Panafricanistes haussent le ton et dénoncent les agissements des autorités sénégalaises. Ces derniers vont plus lui et accusent le gouvernement sénégalais de haute trahison. 

Face à la presse ce lundi matin, les membres d’Urgence panafricaniste Sénégal ont manifesté leur mécontentement suite à l’interpellation dimanche, de Kémi Séba, à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD). 

D’entrée, le porte-parole de l’association panafricaniste Sénégal, Khadim Mbacké Sall, a rappelé que : « Kémi Séba, leader d’Urgence panafricaniste est de retour à Dakar, dimanche 23 février 2020. En effet, il devait faire face au juge du Tribunal de Grand instance de Dakar, ce 24 février dans le contexte qui l’oppose à la BCAO à propos du billet de 5 000 F CFA qu’il avait brûlé. Pour rappel, il a été jugé et acquitté par la justice Sénégalaise. Cependant la BCAO qui n’est pas d’accord avec cette décision a fait appel. À sa décente de l’avion, Kémi Séba, a été intercepté par le commissaire de l’AIBD. Qui a reçu l’instruction de le retenir au sein de l’aéroport ».  

Poursuivant ses propos, il a précisé que « Kémi Séba a voyagé avec son passeport béninois entant que citoyen de la CEDAO ». Pour M. Sall, «il ne devait pas avoir d’expulsion dans aucun pays de cette zone ». Il accuse ainsi, le Président Macky Sall et son régime d’être « à l’origine de l’expulsion de M. Séba du territoire africain sous la pression de la France ». 

«Nous accusons le gouvernement sénégalais de haute trahison pour avoir interdit d’accès un digne fils du continent sur son propre territoire. Cette décision en réalité ne fait qu’illustrer la volonté de Macron de voir disparaître le sentiment anticolonialiste qui est en train de plus que jamais grandir sur le continent africain depuis un certain temps», ont soutenu les camarades de l’activiste anti-CFA. 

Khadim Mbacké Sall et ses camarades ont tenu à informer les autorités sénégalais et le Président français que : « la jeunesse africaine a décidé de mettre fin au néocolonialiste français à ce 21e siècle. Ceux qui ne méritent pas de fouler le sol africain, c’est bien les multinationales étrangère qui pillent nos ressources naturelles au détriment de notre propre peuple. Macron et Alassane Ouattara cherchent à nous imposer l’Eco pour faire taire les critiques sans au préalable avoir consulté le peuple », ont-ils fait savoir.  

Ces panafricanistes qui ne comptent pas baisser les bras dans leur lutte, ont tenu à souligner :  « qu’aucune persécution, répression, expulsion ne pourra stopper ce processus de détermination de notre peuple ». 

dakar matin

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.