Appel de Limamou Laye : L’immaculée exception sénégalaise

0 57

Adjibo dahiya laye ya marsaral ins wal djin ini raasouloulahi ileykoum (« Venez à l’appel de Dieu vous, hommes et djinns, je suis l’envoyé de Dieu. L’arabe blanc s’est noirci »), disait en 1883, Le Mahdi.

Aujourd’hui et demain samedi, le 139e Appel de l’Imam Mahdi sera célébré à Cambérène, Ngor et Yoff, la sainte trinité qui accueillera des milliers de fidèles au port vestimentaire immaculé, venus se blanchir en ce 8e mois du calendrier musulman.

Orphelin de père, Limamou Laye (1843-1909), pêcheur et agriculteur Lébou, perd sa mère et s’enferme, sans boire ni manger, trois jours durant et au terme desquels, il lança cet Appel éternel.

Grande figure de l’Islam au Sénégal, qui s’est déclaré le Mahdi tant attendu ou l’Imam des « Bien Guidés », est le père de la confrérie soufie Layène.

Constant serviteur d’Allah, apôtre d’œuvres pieuses et farouche adversaire du culte des génies, le Saint-Homme s’est distingué par des miracles et guérisons et surtout par le combat pour l’unicité de Dieu, viatique de la confrérie qu’il a fondé et qui s’unit dans le blanc et le Laye. Ainsi, craignant son influence, le Colon l’assignera trois mois à résidence, sur l’île de Gorée, après l’échec d’une déportation au Gabon.

Rappelé Dieu, le Mahdi dont on ne connait ni photo ni représentation figurée et qui laisse un livre en six parties, intitulé Sermon, fut enterré à Diamalaye. Son fils, Seydina-Issa Laye (1676-1949), hérita du califat pendant 40 ans.

Bon Adjibo à tous !


Par Mangoné KA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.