Agression Oumar Watt : Les parents tahitiens du militaire français s’inquiètent

0 129

Mike Teiho, le militaire français emprisonné au Sénégal pour avoir agressé le jeune Oumar Watt, inquiète ses parents restés à Tahiti. 

Agé de 21 ans, ce militaire tahitien, soldat de première classe au sein des Eléments français au Sénégal (Efs), est placé sous mandat de dépôt depuis le 28 septembre dernier, pour coups et blessures volontaires, portés sur un jeune Sénégalais, Oumar Watt, ayant entraîné une Incapacité temporaire de travail (Itt) de 60 jours. Les faits datent du 16 septembre dernier, devant une boîte de nuit des Almadies.

Ses parents installés à Papeari disent avoir très peu de nouvelles quant à sa situation sur place. « Nous lui avons parlé que deux minutes depuis le début de cette affaire. Et on ne comprend pas pourquoi ça traîne », a insisté son père, relayé par tahiti-infos.com, visité jeudi par Senego.

«  »Notre fils n’est pas quelqu’un qui cherche la bagarre. Mais quand on l’embête un peu trop, il réagit », confie le père de Mike Teiho.

Sur l’origine de cette bagarre, deux versions s’opposent, selon tahiti-infos.com. Dans l’une, Me Daff, avocat du Tahitien, affirme que « son client reconnaît avoir porté un coup ». Par contre, le militaire explique « avoir été pris à partie par le groupe de Sénégalais qui tentait alors de s’emparer de son téléphone ».

Dans la seconde version, celle de la partie adverse, c’est le groupe de militaire français qui aurait déclenché les hostilités, « en taquinant une fille qui accompagnait les Sénégalais. Et la situation aurait ensuite dégénéré. » De plus, selon les proches de la victime, suite aux coups portés, cette dernière serait tombée dans le coma.

A en croire le père du militaire français, son fils n’a jamais eu « d’embrouille à Tahiti, avant de s’engager dans l’Armée en mai 2017. C’est un garçon gentil et qui est très croyant ».

Trois demandes de remises en liberté provisoire ont par ailleurs, été déposées par l’avocat du militaire tahitien. La dernière remonte au 11 avril.

« S’il avait tué quelqu’un, je comprendrai. Mais là, il n’a mis qu’un coup. Et selon les informations que l’on a, le Sénégalais ne serait pas dans le coma », s’insurge la grand-mère de Mike.

A noter que le procès devrait se tenir ce jeudi. Et le jeune militaire encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement

source SENEGO


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.