ABDOULAYE WILANE SORT DU BOIS

168
Le porte-parole du Parti socialiste a déploré hier, dimanche 1er mars, le débat en cours sur la possibilité ou non du président Macky Sall de briguer un 3ème mandat. Invité à l’émission «Le Jury Du Dimanche» de Iradio (privée), Abdoulaye Wilane par ailleurs député-maire de Kaffrine a indiqué en effet que la Constitution est assez claire sur la limitation des mandats présidentiels. Par ailleurs, se prononçant sur les points de blocages notés au sein de la Commission cellulaire du dialogue politique, Abdoulaye Wilane a indiqué que «le Parti socialiste (Ps) n’est pas favorable au cumul de fonctions».
 
Le débat en cours sur la possibilité ou non du président Macky Sall de briguer un 3ème mandat indispose le porte-parole du Parti socialiste. Invité à l’émission «Le Jury Du Dimanche» de Iradio (privée) hier, dimanche 1er mars, Abdoulaye Wilane dit ne pas comprendre toute la controverse autour de cette question d’autant que, selon lui, le président Sall et la Constitution ont déjà tranché la question. «J’entends les gens en parler. Par moment, cela me fait rire. Par moment, cela me rend inquiet. D’abord, la Constitution est claire. Ensuite, nous-mêmes, militants et responsables du Ps, comme les partenaires et alliés que nous avons dans la grande coalition, Benno Bokk Yaakar, nous avons battu campagne pour l’adoption de la nouvelle Constitution par référendum. Une Constitution qui est assez claire sur la limitation des mandats. Avant d’ajouter dans la foulée : « Je dois aussi signaler que le président de la République, clef de voûte des institutions, actuellement chef d’Etat en exercice, s’est largement et plusieurs fois prononcé là-dessus. Et pour moi, la parole d’un chef d’Etat a une valeur».
 
Par ailleurs, se prononçant sur les concertations en cours au sein de la Commission cellulaire du dialogue politique notamment sur les points de blocage, Abdoulaye Wilane a indiqué au sujet du cumul des mandats prôné par la majorité que «le Parti socialiste (Ps) n’est pas favorable au cumul de fonctions». «Le Ps veut s’inspirer des grandes démocraties où le président de la République élu se décharge du parti pris mais garde une main discrète et influente dans son parti. Ce débat avait été agité au sein du Ps en 1996. C’est ce qui avait, d’ailleurs poussé notre ancien Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng, à déclarer qu’il allait démissionner à la tête du Ps si jamais il était élu président de la République», a rappelé le porte-parole du Ps.
 
«J’ai toujours du mal à parler de Khalifa Sall»
 
Interpelé également sur le cas de Khalifa Ababacar Sall et la question des retrouvailles de la famille socialiste agitée à l’époque du vivant du défunt Secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng, Abdoulaye Wilane s’est montré très optimiste en déclarant que cette question est dans l’ordre du possible conformément au vœu d’Ousmane Tanor Dieng. Sous ce rapport, invite-t-il, «tous les Socialistes pour la concrétisation de ce souhait de leur ancien Secrétaire général». Poursuivant son propos, le député porte-parole du Ps a qualifié le cas de son ex-camarade et ancien député-maire de Dakar, Khalifa Sall, de «déchirure» qu’il faudrait panser et avancer. «Quand on a eu des antécédents, des contentieux, il faudrait bien, quand on se retrouve, qu’il soit sur la base de considérations et de valeurs qui puissent nous permettre de ne pas se souvenir du passé. J’ai toujours du mal à parler de Khalifa Sall au regard de ce qui s’est passé. Nous avons été peinés, à la limite même déchirés. Même Ousmane Tanor Dieng disait qu’il vivait cela comme une déchirure. Qu’il en était meurtri ».

dakar matin

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.